2e Tour des Municipales : Déflagration politique à Gardanne, St Maximin, Marseille, du changement à Fuveau et stable à Aix

29 juin 2020 Non

Le second tour de ces MUNICIPALES 2020 s’est tenu ce dimanche 28 juin 2020 , Trets a décidé de rentrer dans le changement et c’est ce qu’ont aussi décidé de faire plusieurs villes voisines.

Ainsi si Puyloubier, Peynier, Chateauneuf le rouge, Rousset, Pourrières avaient réélus leur maire au premier tour le 15 mars dernier (ou encore nouveau maire à St Zacharie avec le fils du maire sortant) dans les autres communes du coin les électeurs devaient revoter et à chaque fois un nouveau maire a été élu.

 

A FUVEAU, l’élection était un peu serrée, deux candidats se disputaient le fauteuil d’Hélène LHEN maire sortante qui ne se représentait pas. C’est Béatrice Bonfillon, fille du maire regretté Jean, qui a été élue maire avec 52,83% des voix face à Jean-Francois Dubus qui obtient 47,17% des suffrages. Le 3e candidat lui ne s’était pas représenté mais le report des votes a bénéficié à JF Dubus qui gonfle son score de 10 points. Une élection qui restera marquée par une forte abstention avec 47% de votants.

 

A GARDANNE c’est un tremblement de terre qui a secoué la mine ce dimanche soir ! Après 44 ans de gestion communiste, avec le même maire Roger Mei,  la ville passe à droite ! Herve Granier, encarté LR à la tête d’une liste sans étiquette, arrive vainqueur avec 35,74% des voix. La gauche n’avait pas réussi à se rassembler avec 2 candidats paye donc les pots cassés : Claude Jorda (investiture PCF) et son collectif citoyen finissent second (28,29%) suivis de Jean-Marc La Piana (SE), héritier de l’ère Mei, malgré sa récente alliance avec Jean-Brice Garella (SE), avec 28,11%. Dernier du peloton : Bruno Priouret, candidat du Rassemblement national, cumule à peine 7,86% des suffrages. Du changement bénéfique pour cette commune qui rien qu’en terme d’animations ne proposait depuis 2014 plus grand chose ou rien d’attirant !

 

A ST MAXIMIN là aussi grosse déflagration mais dans le sens inverse, la ville de droite est passée à gauche ! Après plus de 20 ans d’une domination sans partage d’un même camp, incarnée dans cette élection par Christine Lanfranchi (maire élue en 2014 qui avait cédé ensuite le fauteuil à son père de 80ans pour devenir sénatrice), les électeurs ont opté pour le changement radical en plaçant Alain Decanis en tête des suffrages. L’opposant de la ville depuis de très nombreux mandats était en ballottage très légèrement défavorable au soir du premier tour, et a donc rallié une nette majorité des voix des nombreux candidats défaits au premier tour rapporte VAR MATIN. Sa liste rassemble 47,49% des voix, plus de dix points devant celle menée par Christine Lanfranchi, à 36,97. La participation a été faible : 44.76%

La liste LREM conduite par Vesselina Garello a pour sa part recueilli 15,54% des suffrages.

 

A MARSEILLE là aussi c’est le même changement de couleurs, un basculement total. Après 25ans à droite avec JC GAUDIN qui ne se représentait pas, la ville devrait passer à gauche toute, voir extrème gauche avec Michèle Rubirola (Printemps marseillais, 38,28%) devant Martine Vassal (LR, 30,75%), avec 66 512 voix contre 53 421. Mais ce dimanche soir il est difficile de dire qui est la nouvelle maire de Marseille car l’issue est incertaine vu le configuration électorale dans la ville !  Elle remporte quatre secteurs contre trois pour la candidate LR et un pour Samia Ghali (Divers gauche)qui, par le jeu du nombre d’élus au conseil municipal, jouera un rôle important dans la désignation de la future maire de Marseille, en fin de semaine. En troisième position sur l’ensemble de la ville, Stéphane Ravier (RN) totalise 20,3% des voix, devant Bruno Gilles (Divers droite, 6,25%), Samia Ghali (2,89%) et Yvon Berland (LREM, 1,53%).

L’issue du scrutin est donc plus imprévisible que jamais à Marseille, où les résultats de plusieurs secteurs pointent vers une absence de majorité absolue pour élire le maire. La défaite de la candidate LR à la mairie, Martine Vassal, dans un 4e secteur jugé imperdable par la droite, affaiblit son camp et ajoute une inconnue quant à la succession de Jean-Claude Gaudin à la tête de la deuxième ville de France. ( Sources : LA PROVENCE)

 

A Aix en Provence là , Maryse Joissains est imperturbable toujours confortablement installée dans son fauteuil de maire, élue pour un quatrième mandat et ce malgré les affaires judiciaires avec environ 43,53 % des suffrages exprimés. Une victoire nette pour celle qui avait été condamnée pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts il y a un an. Une revanche, aussi, pour Maryse Joissains, dont la peine d’inéligibilité avait été annulée par la cour de cassation moins d’un mois avant le premier tour.

Notre députée de La République en marche, Anne-Laurence Petel, arrive seconde avec 32,12 % des suffrages, devant Marc Pena, le candidat du rassemblement de la gauche avec 24,34 %. La République en marche avait fait d’Aix-en-Provence, comme Le Havre, l’un de ses objectifs dans ces élections municipales manquées pour le parti présidentiel précise 20 Minutes.

1 770 vues

Par TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE