Le mandat de Jean-Claude Feraud prolongé, les résultats validés, la campagne se met elle en pause ! [MAJ 25/3]

Le mandat de Jean-Claude Feraud prolongé, les résultats validés, la campagne se met elle en pause ! [MAJ 25/3]

25 mars 2020 Non Par Tretsaucoeur

Les 2ers du scrutin

On avait laissé les trois candidats et leurs colistiers ce dimanche soir avec la grosse avance de Pascal Chauvin dans les urnes avec 40.47% à la suite du premier tour, Stéphanie Fayolle seconde 30.18% devançant de 34 voix le maire sortant Jean Claude Feraud 29.35%. Mais tous se demandaient alors si ce score surprise serait validé ou si nous devrions revoter pour un premier tour en cette période d’épidémie de CORONAVIRUS..
Un vote annulé de ce dimanche aurait été ne pas respecter les millions de français qui ont fait l’effort de se déplacer dans les urnes malgré ce contexte inédit, même si l’abstention a été très forte (50.85% à Trets), et aurait aussi entrainé un cout gigantesque inutile pour l’Etat entre les milliers d’employés communaux qui auraient alors été payés pour rien ce dimanche à tenir les bureaux de vote, les bulletins de vote et profession de foi des candidats du premier tour.

 

Le président de la République a finalement ce lundi 16 mars 2020 tranché, le premier tour est VALIDE et CONFIRME avec ses résultats, Christophe Castaner ministre de l’intérieur a alors annoncé à 22h que le gouvernement envisageait d’organiser le second tour en juin dans les villes où cela est nécessaire soit 5 000 communes dont Trets. Pour cela, le gouvernement travaille sur « un projet de loi » qui « reporte ce scrutin à une date ultérieure, au plus tard au mois de juin. » La date du 21 juin a été avancée en fin d’après-midi, sans confirmation ce lundi dans les médias. En conséquence, le gouvernement annule l’échéance de mardi soir 18 heures que devaient, en principe, respecter les candidats pour officialiser leur candidature au second tour.

 

Conséquence directe, le mandat de Jean Claude Feraud et des 30 autres élus de Trets oppositions comprises sont prolongés de minimum trois mois jusqu’à surement fin juin (avec les indemnités qui vont avec), pour gérer les affaires courantes (mais sans décision forte ou lancement de projets) où une fois le nouveau maire élu parmi les trois devra alors être confirmé dans un conseil municipal d’investiture.

Un report des élections qui va avoir des conséquences directes sur la vie municipale, déjà Trets n’a toujours pas voté son budget 2020 ce qui devait au départ être fait avant fin avril, on imagine que cette date sera repoussée par l’Etat, et on ne voit pas le maire convoquer les élus pour un conseil municipal après le confinement de 15 jours et de post épidémie mais aussi d’entre deux tours des municipales, où l’ambiance serait alors surement délétère au cours de la réunion, surtout vu les résultats de ce dimanche.

 

Autre conséquence sur la vie associative cette fois, puisque les élus n’ont aussi toujours pas voté les subventions aux associations 2020, ce qui ne devrait donc pas arriver surement avant juillet du coup. Du coup les associations sportives auront du mal à organiser des évènements en juin, si l’épidémie et les restrictions sont levées d’ici là, faute d’argent en caisse, on pense aussi aux festivités (si elles peuvent avoir lieu) avec la fête de la st Eloi qui aura du mal à fêter son anniversaire mi-juillet, si elle n’a pas eu sa subvention. Le maire élu fin juin (s’il change) ne pourra aussi pas mettre sa patte dans le programme des festivités de cet été 2020 puisqu’il n’en n’aura pas le temps (ce qu’il aurait pu un peu faire en étant élu ce dimanche 22 mars), même si les élus actuels ont déjà évidemment programmé de nombreux concerts culturels ou festifs pour juillet aout (et on en aura bien besoin pour oublier cette triste période).

 

Du coup la campagne électorale se met donc en pause pour au minimum un mois et demi, jusqu’à début mai probablement, d’ici à ce que le gouvernement dévoile en mai la date du scrutin une fois que la situation sanitaire se sera améliorée. Là la campagne du second tour reprendra, mais il faudra alors que les trois candidats répètent leurs programmes et idées que les électeurs auront oubliées, en espérant que l’on puisse cette fois avoir une vraie fin de campagne électorale avec meeting etc.

Cette pause de 3 mois aura-t-elle une conséquence sur le résultat ? Là aussi c’est l’inconnue totale, même si Pascal Chauvin qui a conquis 1099 électeurs supplémentaires comparé à 2014 a un écart important, mais 400 voix sont possiblement rattrapables pour le maire sortant (qui a perdu 955 voix en six ans) mais aussi pour Stéphanie Fayolle; mais l’écart peut aussi se creuser si la participation augmente. Cependant à ce jour on ne sait toujours pas si Jean Claude Feraud se maintiendra, on imagine évidemment que oui, mais 24h après le verdict, il n’a toujours pas réagi à son score ou remercié ses électeurs sur sa page Facebook (MAJ il a remercié ses électeurs le 17 mars et confirmé qu’il serait bien candidat au 2e tour) ; on note d’ailleurs que la mairie n’a toujours pas publié sur son site les résultats du vote comme l’ont fait les autres communes.

Un report qui au passage a un cout très important pour les candidats des 5000 communes concernées puisqu’il leur faudra payer trois mois de loyers supplémentaires (dont deux pour rien) pour leur permanence de campagne et à Trets deux sont concernés : JC Feraud & S Fayolle dont le sien est de 500 € (par mois ?) selon son compte de campagne en ligne, ce qu’ils n’avaient évidemment pas prévu au départ dans leurs dépenses. Pascal Chauvin lui n’est pas concerné car il est à domicile.

 

Bref ce second tour avec son report s’annonce aussi lui aussi incertain, même si une tendance s’est dégagée à l’issue du premier. Des municipales qui sont décidément vraiment inédites cette année. Patience pour connaitre le dénouement de ce feuilleton.

 

Les précisions sur le 2e tour

On en sait désormais plus sur l’organisation du second tour puisque le gouvernement a annoncé ce 23 mars les mesures adoptées dans le projet de loi pour faire face à l’épidémie. Le texte de l’exécutif précise que « sur le fondement d’un rapport remis par le Parlement au gouvernement au plus tard le 23 mai 2020, le Premier ministre devra prendre un décret avant le 27 mai 2020 pour convoquer le second tour du scrutin qui interviendra en juin. Mais il faudra tout de même l’aval du comité de scientifiques se prononçant « sur l’état de l’épidémie de covid-19 et sur les risques sanitaires attachés à la tenue du second tour et de la campagne électorale le précédant ».  La date qui revient le plus serait dans la deuxième quinzaine du mois, le 21 juin étant la date la plus souvent évoquée, jour de la probable fête de la musique !

Pour ce qui est des déclarations de candidature à ce second tour, elles devront être déposées au plus tard le mardi suivant la publication du décret de convocation des électeurs. Ce qui donnerait le 2 juin selon la presse.

La campagne électorale pour le second tour est ouverte à compter du deuxième lundi qui précède le tour de scrutin , soit le 8 juin si le feu vert est donné.
Les dépenses des comptes de campagne restent comptabilisées depuis septembre 2019, et le plafond de dépenses est augmenté d’un coefficient de 1,5.

« Si le second retour devait être reporté au-delà de juin, un scrutin complet (deux tours) devrait alors être organisé, pour les communes dans lesquelles le premier tour n’a pas été décisif » est-il précisé.  La période n’est pas précisée dans la loi, le quotidien LA PROVENCE évoque ce 24 mars la date de report à 2021 (mais ce sont les seuls) ce qui serait très surprenant car cela signifierait alors que les milliers d’euros dépensés par les candidats (la plupart du temps sur leurs fonds propres) pour cette campagne n’auraient servi à rien ! En revanche, l’annulation du scrutin dans les communes où tous les conseillers ont été élus le 15 mars n’est pas du tout envisagée.

Pour les communes qui doivent organiser un second tour, le mandat des maires prendra effet « dès le lendemain » du scrutin. En attendant, les délégations prises au cours du mandat 2014-2020 sont « prorogées ».

La loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 reporte de trois mois, au 31 juillet 2020, la date limite d’adoption des budgets des communes (au lieu du 15 ou du 30 avril). A compter de cette date et à défaut d’adoption du budget 2020, le représentant de l’Etat dans le département pourra saisir la chambre régionale des comptes (CRC), précise le texte. De même, les communes auront également jusqu’au 31 juillet 2020 pour adopter et clore leur compte administratif et de gestion de l’année 2019.