Sur Facebook

Rechercher sur le site

Au cinema casino

A voir cette semaine
 >  Voir les infos sur le film, et la programmation du mois

L'agenda tretsois

›› Suite de l'agenda tretsois












  • Le Journal tretsois
  • Travaux


Toutes les petites informations, de la vie du Sport à Trets avec les résultats, les affiches, les évènements, pour être encore plus informé sur ce qu'il se passe à Trets et de manière plus rapide... Si vous avez des infos, des résultats, photos à communiquer, si vous êtes au courant de quelque chose qui se déroule ou va se dérouler à Trets, envoyez dès maintenant un mail ou poster un message sur le forum, l'info sera rapidement mise en ligne ici... Merci à vous ! RSS TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE 

Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015 Caroline dans Koh Lanta 18

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




=> Liste de toutes les actualités



Ceux sont de très gros travaux qui vont se dérouler durant toute l'année 2020 à Trets. Le joyaux du patrimoine tretsois, l’Église Notre Dame de Nazareth va enfin avoir droit à sa cure de jeunesse annoncée depuis plusieurs années. Si à l'automne 2018 des travaux de fouille avaient eu lieu avec quelques découvertes, les travaux se faisaient attendre depuis longtemps cette fois c'est la bonne. La mairie qui va réaliser ces travaux avec l'aide du conseil départemental va ainsi procéder à la restauration des façades et du maître autel-retable de , mais également de nombreuses petites autres choses, le tout sous la supervision de l’Architecte du Patrimoine, Monsieur Corrado DE GIULI MORGHEN.

Si l'église a déjà bénéficié de nombreux travaux comme en 2007 avec la rénovation de toutes les toitures en tuiles, et en 2012 / 2013 de lourds travaux de restauration intérieurs, rendant un beau cachet au batiment puis en 2016 elle effectuera des travaux de réfection de la toiture en pierre; ce seront les plus lourds et importants travaux depuis très longtemps qui seront réalisés, on a hate de découvrir le résultat...

=> Présentation et historique de l'église ici

Belle surprise extrêmement appréciable, la ville a fait une présentation très détaillée de ces travaux.


Le déroulement des travaux
Le chantier devrait débuter en janvier 2020 et s’achever en décembre de la même année, mais le monument restera cependant ouvert au public toute l'année, afin que les messes, mariages, enterrements et autres fêtes religieuses comme Pâques ou Noël puissent avoir lieu. Durant les travaux, l’échafaudage nécessaire aux travaux du chœur sera recouvert d’une bâche en trompe l’œil présentant l’ensemble de l’autel et du retable, sur toute sa largeur et sa hauteur grandeur nature.
Les zones de travaux seront rangées et nettoyées afin de permettre un déroulement de l’office dans le respect de la sécurité des personnes. Lors des évènements particuliers comme les funérailles, mariages, baptêmes etc…., les travaux seront interrompus momentanément pendant les cérémonies. Enfin, la ville précise que toutes les précautions seront prises pour limiter la gêne occasionnée aux occupants des immeubles voisins (bruits, vibrations, projections).

Les travaux vont se dérouler en 3 phases :
Phase 1 : Travaux extérieurs façades Est et Nord
Phase 2 : Travaux intérieurs sur le maître autel et le retable
Phase 3 : Travaux extérieurs façades Ouest et Sud et vitraux
Les phases 1 et 2 seront réalisées simultanément de janvier 2020 à septembre 2020
La phase 3 sera réalisée de septembre à décembre 2020


Plan de l'église


Présentation des travaux dans les moindres détails :
Les principaux travaux à réaliser vont porter sur les façades extérieures et sur le maître autel-retable, dans le cœur de l’église. Différents corps de métiers vont se succéder au cours de cette année de restauration : maçonnerie & Pierre de Taille, marbrerie, gypseries et décors peint, ferronnerie, électricité et lustrerie, menuiserie.

Présentation détaillée par le site de la mairie :

Travaux intérieurs de maçonnerie
En préparation du chantier intérieur, une partie du mobilier et des revêtements sera protégée pendant la durée des travaux et certains mobiliers seront stockés en sécurité. Une partie du sol en marbre sera déposée est réemployée au niveau du chœur. Des carreaux en marbre neufs seront également posés.
Au niveau des murs, les enduits seront piochés et les vieilles pierres en place rejointées.
Le plus grand soin sera apporté à la voute du chœur, les fissures y seront bouchées et un enduit sera posé sur les élévations de l’abside et les niches, les pierres de taille y seront renforcées.
Enfin, les structures des piédestaux des colonnes seront reprises en maçonnerie et les fouilles des archéologues, réalisées en octobre dernier, seront remplies.


Intervention sur le maître autel et le retable :
Le maître autel va être déposé soigneusement, ainsi que les carreaux de marbre et les parements de ses parois, pour être stockés dans un endroit adapté à leur sécurité et à leur bonne conservation.


Travaux de marbrerie
Les ouvrages en marbre du chœur seront restaurés (dépose, nettoyage, consolidation des fissures). Des tables neuves seront également mises en place.
Un nouvel autel en marbre sera créé en remplacement de l’autel existant en bois, ainsi qu’une estrade.


Travaux de ferronnerie
A l’intérieur, plusieurs ouvrages métalliques seront déposés, dont la barrière de communion pour restitution des dorures.
A l’extérieur, les barreaudages vont être réhabilités en façade Nord, Ouest et Sud. La croix sommitale en fer forgé en façade Ouest sera restaurée et nettoyée.
Les grilles de défense de la façade Nord seront remplacées.

Travaux de menuiserie
Les différentes portes d’entrée seront déposés pour être restaurés puis replacés. Les menuiseries extérieures seront révisées.

Travaux de gypserie et décors peints
Les gypseries du retable sculpté, de la corniche en stuc et de la partie haute du seigneur Dieu et de son nuage seront reprises. Les éléments en bois seront désinsectisés et consolidés.
Un “rideau de scène” en stuc sera installé à l’emplacement de l’ancien, à droite de l’arc triomphal.
Au niveau du retable et de la draperie, la restauration va concerner les polychromies, les éléments picturaux, ainsi que les dorures des rayons. Un traitement à la chaux sera également appliqué sur cette partie du chœur de l’église.


Électricité & lustrerie
Le coffret électrique existant va être adapté, un lustre couronne de lumière de l’occulus va être créé, des spots seront installés et l’éclairage du chœur revu.
Plusieurs prises de courants seront installées ainsi que le système de sonorisation de l’édifice.
Enfin, un chandelier électrique sera posé au niveau du chœur.



Etat actuel du maître autel-retable


Travaux sur les vitraux
Les vitraux de la façade Est (deux grisailles), le vitrail de Ste Catherine en façade Nord, la Rosace de la façade Nord (au-dessus de la porte ronde), ceux de la façade Sud (la mort de St Joseph) ainsi que la demi-lune (agneau Pascal) seront déposés pour être restaurés.
Sur place, les panneaux non dessertis seront nettoyés.
Trois vitraux vont être créés : St Cassien en façade Nord, une rosace (Christ en Gloire qui viendra remplacer la rosace existante) et la Colombe du Saint Esprit en façade Ouest (vitrail installé à l’intérieur de l’église, devant la fenêtre restaurée et conservée).
Les panneaux grille anti-volatiles, qui protègent les vitraux, seront remplacés par des cadres grillagés en laiton dans les baies.


Travaux extérieurs
Plusieurs éléments extérieurs vont être nettoyés, comme la vitrine d’information, la plaque de marbre et la plaque de rue.
Les éléments parasites fixés en façade type clous, crochets, fils, câbles électriques obsolètes etc….. vont être retirés, ainsi que les végétaux. Un traitement biocide sera appliqué pour éliminer les algues, bactéries, lichens, mousses, moisissures et autres végétaux.
Les fissures des façades vont être traitées et les pierres de taille nettoyées par application de compresses. Les pierres abîmées seront réparées ou bien remplacées.
Un traitement anti graffiti sera appliqué en préventif sur les façades et soubassements.
Les parties des façades très abîmées vont être réhabilitées grâce à des opérations de moulages sur notamment les chapiteaux (visuel 51), les corniches (visuel 51), les bases (visuel 52) de la façade Ouest.
Les ouvrages métalliques vont être scellés et les joints vont être repris sur les façades Ouest et Sud.

Exposition en façade du couvercle sculpté du sarcophage :
Notre Dame de Nazareth possède, à l’intérieur de l’église, le couvercle sculpté d’un sarcophage. Le projet consiste à réaliser un moulage en résine de celui-ci afin de l’exposer à l’extérieur de l’édifice, sur la façade Nord.
Le système d’écoulement des eaux de pluie va également être réhabilité avec la pose de descentes en cuivre et de dauphins en fonte.
Enfin, la couverture de l’édifice va être réhabilitée et les génoises nettoyées.






Des précisions données en réunion
Ce samedi 1er février 2020 la municipalité avait organisé une réunion très intéressante dans l'église de Trets à 10h du matin pour informer les habitants sur les très gros travaux qui vont avoir lieu dans celle ci et à l'extérieur pour la rénover pendant plus d'un an. Le Père Michel Pierre Morin, l’association des Amis de l’Eglise mais surtout l’architecte du patrimoine, Corrado de Giuli Morghen de Fabrica Traceorum, ainsi que les entreprises en charge de ce chantier étaient ainsi présents pour apporter leur expertise technique et tout expliquer.
Hélas malgré une campagne d'information assez importante avec notamment un gros boitage de l'info en centre ancien, le nombre d'habitants présents fut très très faible, puisqu'il y avait plus d'élus et colistiers que d'habitants. L'heure très matinale en est peut être la raison. Un an et demi de travail d'études a ainsi eu lieu avec la commune & Les amis de l'église pour préparer ce chantier qui consistera à une rénovation de l'intérieur de l'édifice, des vitraux mais aussi des 3 façades extérieures de l'église . Des corps de métier spécialisés se chargeront des travaux. Montant des travaux 1.2M d'euros environ subventionnés par le département et métropole.

Des travaux qui vont durer 15 mois et commenceront CE MARDI 4 FEVRIER 2020 avec une fin des travaux espérée pour l’intérieur de l’édifice en septembre 2020, pour les Journées Européennes du Patrimoine. Les travaux du château auront lieu en même temps pendant trois mois dès le 4 février également.

La première phase des travaux commencera à l'Est de l'église avec les travaux de l'autel, puis ils poursuivront sur la partie Nord, la façade Ouest et enfin la Sud. Le travail extérieur se fera en dernier.
Un nouvel autel sera installé dans l'église en marbre polychrome , il sera désormais fixe sur une estrade. Le Père Michel Pierre Morin précisera qu'une bénédiction de ce dernier sera faite avant que toute cérémonie n'ait lieu avec celui ci. La messe des Rameaux n'aura pas lieu à l'église du coup cette année, mais au presbytère en plein air ou salle des colombes.

On apprendra qu'un travail d'éclairage aura lieu à l'intérieur de l'église, notamment au dessus de l'autel pour donner un effet scénique . L'éclairage extérieur pourrait aussi être revu pour les façades et clocher, idem pour le reste en intérieur, puisque cet éclairage extérieur ne cesse de tomber en panne, comme c'est encore le cas en ce mois de janvier .

Concernant les travaux extérieurs la circulation restera ouverte sur les voies bordant l'église, les échafaudages feront 60cm de largeur, ils essayeront de minimiser au mieux l'emprise sur l'espace public .
Enfin pour rappel, l'église restera ouverte pendant les travaux pour permettre de continuer les offices.

Lors des échanges avec la population, un habitant rappellera qu'une campagne de travaux avait déjà eu lieu dans les années 60 puis 80, mais si ces derniers sont refaits c'est que " l'autel se tasse, s'enfonce et menace de s'effondrer, il y a aussi de gros soucis d'humidité par l'extérieur, le sol se tasse" précisera l'architecte. (la revue municipale de l'époque nous donne un chiffre de 30 354 anciens francs pour les travaux de 1963).
Photo I.LO







L'avenue CASSIN, créée il y a une trentaine d'années, dans les années 80, autrefois peu accueillante, et en bien mauvais état, a totalement changé de look durant l'année 2019. Alors que toute la zone va totalement changer dans les années à venir avec la création de très nombreux immeubles et autres batiments, mais aussi d'un parc paysager en contre bas, de gros travaux de voirie ont été menés pendant plus de six mois afin de rénover totalement cette grande artère, aussi bien en sous sol qu'en surface.

Ce chantier qui part du croisement avec l’avenue Léo Lagrange jusqu’au Pôle d’Échanges Multimodal, inauguré en février 2019, était à la charge de la SPLA et du Territoire du Pays d’Aix dans le cadre du futur aménagement de la ZAC Cassin (Présentation ici) a démarré mi juin 2019 et s'est achevé début janvier 2020. Au final l'avenue a désormais une bien meilleure allure, devenant plus verte, même si on verra véritablement son vrai visage à l'été quand les arbres auront leurs feuilles et les arbustes auront poussé.

En sous sol ils ont ainsi consisté en la réhabilitation des réseaux humides (eau potable, eaux usées et pluvial) mais également des réseaux secs (EDF et Telecom). Les réservations en vue d’accueillir la fibre ont également été faites sur l’avenue dans le cadre de ces travaux. Beaucoup de casses ont alors eu lieu pendant ces derniers, avec des casses de conduites de gaz, d'eau, d'électricité etc... Des travaux sous terrains qui espérons le feront cesser les très nombreuses inondations récurrentes au niveau de la gendarmerie et du croisement de Leo Lagrange, réponse lors des prochaines grosses pluies…

Puis en octobre les ouvriers sont passés aux travaux de surface et le contraste est bel et bien visible, mais que d'un seul coté, coté Sud celui coté village, car le coté Nord attendra lui que les entreprises implantées actuellement déménagent (pour aller où ? Mystère car aucune n'a réservé de lots dans la Burlière) et que les constructions des immeubles démarrent. Cela viendra donc dans plusieurs années... Le goudronnage a eu lieu mi décembre de nuit, une première dans des travaux en centre ville à Trets, afin de ne pas gêner la circulation des cars et entreprises. Un plateau traversant surélevé a été créé au carrefour de la Poste Gendarmerie pour faire ralentir la vitesse et un stop a fait son apparition quand on descend cette route.

Une allée plus verte donc désormais avec la création d'espaces verts tout le long des clotures et des batiments existants, en bordure des trottoirs en béton désactivés beiges. Tout le long de l'avenue des dizaines d'arbres ont aussi été plantés avec à leur pied, là encore de nombreuses jardinières avec de nombreux arbustes.
Entre ces arbres des accès aux batiments pour les voitures, mais aussi des places de stationnement. Il y en a ainsi 46 soit 13 du pole multimodal à la Poste (il n'y en avait pas auparavant dans cet endroit peu fréquenté), 19 de la gendarmerie jusqu'au parking de la Ferme Le long de POINT P (il y en avait une vingtaine auparavant coté Nord, sur le trottoir en gravier, mais en février 2018 la mairie avait fini par les interdire (sauf le mercredi matin) au stationnement) et enfin 13 du parking jusqu'au croisement avec Leo Lagrange.

C'est hélas moins qu'avant puisqu'il y avait 40 vraies places autorisées (60 sur cette même portion, si on compte celles le long de POINT P) jusqu'en juin 2019 entre la gendarmerie et Léo Lagrange contre 33 désormais sur la même portion. Aujourd'hui toutes celles contre la cloture des cars Burles ont hélas disparu jusqu'aux prochains travaux. Cette suppression s'ajoute donc à la plus de la centaine de places qui ont été supprimées depuis 2010 en centre ville même sur le boulevard de la République (35), Cours Esquiros (7), Bvd Etienne Boyer (environ 4), Avenue Jean Jaures (une quinzaine), Avenue Léo Lagrange / Rue Feraud : une trentaine. Cela va donc encore plus compliquer la vie des habitants du centre ville et ceux qui veulent se rendre dans les commerces autour de la mairie, déjà que la situation était critique dans le secteur depuis plus de dix ans. Et on ne peut compter sur le parking de la ferme puisque les travaux de son doublement promis depuis des années ne sont toujours pas annoncés et on ne voit pas où il aura lieu puisqu'à l'Est un nouvel immeuble va être construit et à l'Ouest des batiments existent déjà avec des garages privés. Il faudra attendre le coté Nord pour voir de nouvelles places construites, mais avec les habitants des logements elles seront vites occupées, même si chaque immeuble aura son parking sous-terrain....


Outre le stationnement, l'autre point négatif est son éclairage. Une fois encore (le grand souci à Trets depuis plus de 20ans) au lieu de mettre les mêmes candélabres que dans Trets, les rouges afin de garder une unité esthétique, de nouveaux peu esthétiques ont été installés; pire ces derniers ont un éclairage très très fort. Un conseil donc aux futurs habitants si vous ne voulez pas y voir la nuit, comme en plein jour chez vous, n'achetez pas un appartement coté avenue… Devant la gendarmerie on a ainsi d'un coté de la rue les rouges qui sont un peu partout dans Trets et en face le nouveau !

Enfin deux défauts sont apparus dans ces finitions, mais facilement corrigeables : le STOP au carrefour de Leo Lagrange a été implanté 2mètres avant le carrefour , on est donc obligé de le griller pour avoir de la visibilité sur les voitures qui arrivent. Le feu rouge de la gendarmerie lui est en partie caché par un arbre planté avec ses bois pour le tenir !

AVANT 2018


LES TRAVAUX EN 2019








LE RESULTAT EN 2020



















L'éclairage








Construit dans les années 1200, le chateau des remparts de Trets, qui appartient à la commune depuis 1992, et dont l'ensemble bâti représente une superficie d'environ 2500 mètres carrés, va subir une nouvelle phase de travaux en cette année 2020.

En effet après les travaux réalisés dès mai 1993 avec une opération de déblaiements, puis rénovation d'une salle d'exposition et de la vinothèque Ste Victoire, puis en 2000 avec la rénovation du rez-de-chaussée avec la salle d'honneur (et ses nombreuses voûtes), ainsi que le premier étage avec 3salles plus l'escalier monumental, les façades et toitures, la cour du château en 2012 avec ses remparts et enfin le réaménagement du parvis du chateau place Audric en 2017 cette nouvelle phase va concerner à la restauration des deux façades Nord Est du Château des Remparts donnant sur cette même Place. De quoi lui donner encore un visage encore plus joli.

En effet, les murs avec le temps se sont bien abîmés et cette façade n'avait pas encore été reprise. Les fenêtres sont pour certaines manquantes remplacées par du bois, pour d’autres cette protection est en bien mauvais état tandis que certaines pierres des façades sont manquantes ou encore endommagées. Ce nouveau gros chantier entrepris par la municipalité va porter à la fois sur la maçonnerie et les pierres de taille mais également sur les menuiseries de ces deux façades.


Ainsi, "les pierres trop abîmées pour être conservées seront remplacées par des pierres neuves et patinées afin d’harmoniser les parties refaites avec les parties existantes. Les joints de l’ensemble des façades Nord Est seront repris et les pourtours des menuiseries seront calfeutrés. Les joints, parements et pierres seront nettoyés afin de conserver le maximum de maçonnerie anciennes. Les linteaux et appuis en bois seront déposés pour être remplacés par des linteaux et appuis en chêne avec un traitement aux produits fongicides et insecticides.
Du grillage inoxydable sera posé sur les linteaux et appuis en bois. Enfin, la gouttière pendante de descente d’eau pluviale de la façade 2 sera remplacée et un dauphin coudé en fonte sera placé à son extrémité."
annonce la mairie.

Celle ci précise également que "des travaux de menuiserie vont concerner les fenêtres, châssis et grilles du bâtiment. Différentes fenêtres (un ou deux ventaux, à grands ou petits carreaux, cintrées) vont être réalisées et posées. Elles recevront, si nécessaire, un traitement fongicide.
L’étanchéité à l’air et à l’eau sera réalisée sur l’ensemble des baies dont les appuis bénéficieront d’un habillage en plomb. Les grilles de défense seront déposées et reposées après avoir été nettoyées et repeintes. Enfin, différents supports neufs et anciens seront peints."


Le début des travaux est imminent et pourrait démarrer dès la semaine prochaine ou début février pour durer plusieurs mois.

=> HISTORIQUE DU CHATEAU, VISITE COMPLETE EN IMAGES, LES TRAVAUX A VOIR ICI DANS LE DOSSIER SPECIAL






Plans : MAIRIE DE TRETS / FABRICA TRACEORUM








Aprèsprès de 10ans d'attente, de diverses réunions de présentation, de retard divers, l'agrandissement de la zone d'activité de la Burlière est enfin rentré dans du concret depuis mai 2016 avec le démarrage des travaux sur une surface de 23 hectares par la Communauté du Pays d'Aix (devenue Territoire du Pays d'Aix dans la Métropole Aix-Marseille-Provence), répondant ainsi à la demande de la Ville de Trets. C'est à la société publique locale d'aménagement Pays d'Aix Territoires qu'est revenu le soin de réaliser cette future Zone d'Aménagement Concerté (ZAC).

Un agrandissement qui se situe derrière la zone déjà existante et qui sera en deux parties sur une quarantaine de lots : une partie commerciale et une autre industrielle. L'interet est de pouvoir transférer les activités installées sur l'avenue René Cassin sur cette zone. "Cela permettra au bassin de Trets de rester très performant en terme d'emploi" explique la SPLA.

Après les autorisations administratives, acquisitions foncières puis une très grosse phase de fouilles archéologiques préventives qui avait été réalisée au printemps 2015 sur une zone de 7 hectares, le gros des travaux a démarré en mai 2016 avec le terrassement, puis l'aménagement avec les réseaux d'eau, le pluvial, l'électricité, la voirie etc... Tous les réseaux étant enterrés. 3 accès seront ainsi créés à partir du chemin de la Burlière qui sera l'accès principal, aménagé avec des voies très larges facilitant la circulation de camions et poids lourds qui devront accéder à la zone artisanale au fond . Ce chemin débouchera sur le carrefour à feu rouge aménagé sur le RD6 boulevard de l'Europe en novembre décembre 2016. Un autre accès a lieu à partir de la zone existante sur l'avenue principale et un autre sur la route de Puyloubier. Au total ceux sont près de 4 millions d'euros de travaux qui ont été réalisés. Des travaux dont la fin était prévue en Aout 2017 et qui se sont finalement achevés 5 mois plus tard en JANVIER 2018. 2 bassins d'eaux pluviales paysagers ont aussi été créés.
Par ailleurs, entre mars et juillet 2017, une seconde phase de fouilles sur deux zones a eu lieu.

Alors que des habitants critiquent cet agrandissement pensant qu'il va entrainer la mort du centre ville, à l'inverse beaucoup l'attendent avec impatience espérant y trouver pleins de grands magasins très connus comme ceux que l'on trouvent à St Maximin, mais au fil des mois et des informations données ils risquent de beaucoup déchanter... On constate en effet que la majorité des lots dit commerciaux seront en fait des transferts de magasins ou entreprises existants : Carrefour, des garages automobiles et qu'il reste très peu de places pour de nouveaux magasins (5 , 6 lots apparemment).
Alors que St Maximin va voir l'arrivée dans l'année 2018 d'un magasin DARTY et que l'on parle d'un grand LIDL mais aussi d'un Decathlon ou Burger King, aucune nouvelle marque connue ne semble vouloir s'installer chez nous afin de rendre la zone attractive. Le seul nouveau magasin connu qui s'implantera est GIFI (sur deux lots) et GO SPORT.



Parmi ces 44 lots, une douzaine devraient en effet être occupés par un grand supermarché Carrefour, parking compris. Ce grand magasin comptera 6 petites boutiques ont précisé élus et SPLA, les mêmes qui existent actuellement dans Carrefour market de façon à ne pas concurrencer le petit commerce local. On parle d'un magasin de 5000m² environ (à titre d'info celui des Milles fait près de 15 000m²). Le batiment du Carrefour Market actuel restera propriétaire de Carrefour et ne devrait pas être détruit, même si on ne sait pas véritablement ce qu'il y aura à la place.

De son coté le maire Jean Claude Feraud a précisé : "On veut faire en sorte que les tretsois trouvent tous ce dont ils ont besoin de manière à éviter qu'ils aillent à St Maximin ou ailleurs" ce qui semble hélas mal parti vu l'occupation des lots et de préciser en mai 2017 en réunion publique "on veut aussi à la fois protéger le petit commerce du centre ville. La voirie, la répartition logique des lots a été étudiée de manière très précise. On a étendue cette zone sur 23 hectares soit 44 lots."
L'attribution de lot est réalisé par un comité de pilotage composé de Monsieur le Maire, d’Élus Municipaux et de représentants de la CPA Métropole.




LE POINT SUR LES ATTRIBUTIONS DES LOTS EN 2020
Un pôle automobile en entrée de zone réunissant les activités de mécaniques et les garages de la commune sera créé avec Iaquinta (le transfert du garage lave auto de la route de St Maximin), Renault, Ganci. Et une nouveauté : NORAUTO.

Dans la zone industrielle on retrouvera en très très grande majorité que des entreprises déjà implantées à Trets : Euromair (Fabricant de machines à projeter et pulvériser), Ganci (un garage), SPM (entreprise de maçonnerie) qui a ouvert ses portes fin décembre 2017 et a été la première à construire, LDMS (entreprise locale de levage), PROPLAST (entreprise de menuiserie déjà implantée à Trets), UNIBETON (le transfert de la Centrale à béton), CTS(Société de transports), PACE ( Entreprise de Maçonnerie Générale; déjà implantée à TRETS), AGUERO - TRETS TRANSPORT SARL (société de transports déjà existante à Trets), EGR Locations (Transport routier), AUTOMATISME THERMIQUE ELECTRIQUE (ATE) déjà implanté à Trets, Les Maisons de Manon (Constructeur maison , déjà implanté à Trets), ROSSI (chenil), Yana'oz Cuisine (Ébénisterie d'art, restauration de meubles , déjà installé à Trets)

Surprise, à ce stade d'après ce qui a été communiqué, quasi aucune en réalité du secteur Cassin (comme Autocar Burles, Point P, Brouquier) ne figurent dans les annonces d'installation, alors que la mairie souhaite transformer l'espace en zone urbaine.

Coté magasin la liste est courte : GIFI , "La maison de la glace" (à moins que ce ne soit qu'un espace de fabrication vu qu'il est situé en fond de zone), un picciniste (KAP), PEINT'OR spécialisé dans la peinture,
mais aussi La Halle au sommeil Magasin literie et enfin GO SPORT. Il restera cependant le magasin prévu sur le terrain du Carrefour et le restaurant prévu dans la galerie marchande.

A l'été 2019 il ne restait qu'un seul lot commercial de 2000m², alors qu'il avait été évoqué aussi un magasin / restaurant bio, une micro crèche, une société de décoration pour la maison, tandis que pour le local du Carrefour actuel on parlait d'une enseigne (implantée sur la cote d'Azur) : UBALDI pour un magasin tourné vers la maison, literie, salon, ameublement (ils font aussi électroménager, informatique, high tech dans certaines formes de magasins)

Une énorme déception pour la majorité des tretsois qui s'attendait à beaucoup de magasins !

Plan des attributions à JUILLET 2019
Ne pas tenir compte désormais des couleurs, tous quasiment sont passées au rouge soit signés, les lots blancs eux n'étaient toujours pas attribués en juillet 2019



Il ne reste que 3 lots de disponibles dont 1 en commerces et 2 en artisanal






LE SUIVI DES TRAVAUX
ETE 2016




DEBUT 2017




Aménagement du carrefour sur le RD6






Nouvelle phase de fouille mai 2017



JUIN 2017

 

AUTOMNE 2017

<= Première entreprise en construction : SPM

 


FEVRIER 2018


Entrée par la zone actuelle

Aire de parking à l'entrée

Bassin de rétention

Aire de parking au fond de la zone

Terrain de CARREFOUR
 

Chemin de la Burlière

 

Chose étrange entre la zone et le chemin de la Burlière le goudron n'a pas été refait !!!!






CARREFOUR

Le 11 juillet 2018, la commission départementale d'aménagement des Bouches du Rhône (CDAC) a émis un avis favorable à la création d'un ensemble commercial de 7540m² et d'un point permanent de retrait à l'enseigne « CARREFOUR DRIVE » de 4 pistes de ravitaillement et 66 m2 d'emprise au sol à Trets.
Ce nouveau carrefour sera un hypermarché de 6000 m2 . Cet avis favorable l'est aussi pour la création d'une galerie marchande comprenant 6 boutiques totalisant 900m2 (252 m². 108 m², 112.5 m², 112.5m², 135 m², 180 m²) dans la galerie marchande et d'une moyenne surface non alimentaire de 640m² (équipement de la personne, de la maison et culture-loisirs) sur son parking. A titre d'exemple pour comparer ALDI fait 380m², Bricomarché 2785m². Un projet qui est cependant contesté par une association de commerçants EN TOUTE FRANCHISE qui avait alors déposé un recours à la Commission nationale d'aménagement commercial (CNAC) contre ce projet , commission qui depuis a donné à l'automne 2018 un AVIS DEFAVORABLE.

Le projet devrait etre représenté en commission en 2020 avec une surface de vente plus petite et des aménagements.
=> PRESENTATION DETAILLEE DE CARREFOUR AVEC TOUTES LES INFOS ET PHOTOS





/ 9 Commentaires







Ouvert depuis 38ans, le collège Les Hauts de l'Arc de Trets, construit en 1981, après des années de structures en préfabriqué , est aujourd'hui bien fatigué et a un sérieux besoin de rénovation, lui qui a vu passer une bonne partie de la population de Trets et accueille cette année 493 élèves, dans ses 4 800 m² de batiment, pour une surface de terrain de 10 400 m².

Face à cet état vieillissant , celui ci a été sélectionné en 2016 par le Plan Charlemagne du Conseil Départemental , qui est un projet d’investissement de 2,5 milliards d’euros sur la période d’ici à 2027 pour améliorer la situation des 97 000 collégiens. Trets bénéficiera ainsi d'une Restructuration complète mais aussi d'une extension. Il faut dire que depuis son inauguration le 8 mars 1982, exceptés la construction du préau dans les années 90, la construction d'une extension du logement de la gestionnaire (2009) et une rénovation de la ½ pension (2006-2007), la destruction de la salle de classe dans la cour ces dernières années, le collège n’a jamais fait l’objet de travaux de rénovation. Seules des interventions d’entretien courant ou de réparation ont été réalisées.

L'état actuel du collège
L’étude de faisabilité réalisée en 2012 et révisée en 2016 suite à une évolution des besoins a alors fait apparaître des dysfonctionnements et pathologies.

Elle mettait ainsi en évidence la mauvaise qualité des fenêtres et des volets roulants (châssis aluminium coulissants avec simple vitrage et volets roulants métalliques d’origine en mauvais état, peu étanches à l’air), l’absence d’isolation et un système de chauffage non performant (convecteurs électriques ancienne génération) entrainant des consommations excessives et une sensation d’inconfort. La majorité de l’ensemble de l’éclairage du collège est réalisé par des équipements ancienne génération peu économes en énergie.
Les revêtements de murs, sols et plafonds sont vétustes et il a été repéré de l’amiante dans les dalles de sol et colle (2 900 m²), les meneaux des menuiseries et certains conduits et gaines. Des murs qui sont dans les salles de cours que de simples murs en agglos peints.


L'an passé par exemple (2018), le quotidien des élèves et professeurs a été marqué par des sinistres dus à de très fortes précipitations avec des salles de classes et des professeurs inondées et condamnées, la salle informatique a du être fermée plusieurs mois.

Sur le plan de l’organisation et de la configuration des locaux, le pôle scientifique (salles de SVT et de sciences physiques) et le pôle d’enseignement artistique sont déficitaires en surface. L’administration, la vie scolaire, l’infirmerie et les locaux des agents présentent quelques dysfonctionnements mettait ainsi en exergue cette étude départementale. La complexité des circulations des étages gêne le cheminement et le contrôle des élèves. Le diagnostic accessibilité pour les personnes handicapées faisait aussi état d’un certain nombre de difficultés au sein de l’établissement.

Enfin, le collège ne comporte pas de salle polyvalente permettant d’accueillir des groupes pour des réunions exceptionnelles, des conférences et pratiquer des activités artistiques et sportives. Les élèves ne disposent pas d’un foyer à part entière, mais seulement d’une salle de ping-pong en sous-sol. Le collège ne dispose pas de vestiaires EPS.


La rénovation et agrandissement : Ce qui POURRAIT avoir lieu
Au regard de l’ensemble de tous ces éléments, le conseil départemental avait alors décidé de réaliser une restructuration globale de l’établissement, mais aussi de l'agrandir avec une construction neuve. Celle ci devrait ainsi permettre, si cela n'a pas changé depuis ces études départementales, la création d’une salle polyvalente (qui accueillera également les activités du foyer), du pôle d’enseignement artistique et des locaux EPS (vestiaires, espace rangement). Celle ci devrait ainsi être construite au niveau de l’entrée principale du collège avec reconstruction de tout ou partie de la loge, des 3 logements et des garages. Cet ensemble de bâtiments neufs participera à la requalification et une meilleure identification de l’entrée du collège et de sa limite avec l’espace public. Reste à voir si tout cela sera toujours prévu dans les nouvelles études et projets...

Dans la recherche de l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments existants, la rénovation devrait porter sur les systèmes de chauffage, de ventilation et d’éclairage ; les parois, planchers et toitures seront isolés et les menuiseries extérieures seront remplacées. La rénovation globale des aménagements intérieurs devrait voir aussi la réfection de tous les sols (y compris retrait d’amiante), des enduits muraux, des peintures, des protections murales et des faux plafonds, remplacement de toutes les portes

Plusieurs secteurs du collège pourraient de plus être reconfigurés et restructurés.

Des travaux qui devaient démarrer en septembre 2019; après des appels d'offres réalisés en 2017, mais on a finalement appris cet automne que tout était encore reculé de plusieurs années, la principale du collège Madame Cassar et le maire de Trets, conseiller départemental Jean Claude Feraud ont annoncé qu'un appel a projet a été fait par le CD13 concernant les cabinets d'architectes. 32 ayant participé, 5 ont été retenus. Le programme de réhabilitation élaboré par le Département servira de feuille de route aux architectes. Le lauréat sera choisit ce printemps, puis en 2020 se tiendra le processus de conception avec dépot de permis de construire, les appels d'offres… ; pour un début des travaux qui n'aura lieu finalement qu'en 2021 pour 18mois environ, avec une livraison estimée en 2022

Montant de ces gros travaux : 8 millions d’euros financés par le Département.


LES DELAIS ET CHOIX
A la fin de l'année scolaire 2018 2019 lors du conseil d'administration du collège on a pu apprendre que le 11 avril 2019 s'est tenu le jury du concours de la maîtrise d'ouvrage pour la réhabilitation du collège de Trets. Cinq projets avaient été retenus, seuls 3 ont pu concourir, 2 ayant été écartés pour vice déforme.

Le projet retenu à l'unanimité (-1) dégage une volonté de changer l'établissement en profondeur tant dans son aspect architectural que dans sa circulation et dans l'investissement quotidien des usagers. Le parti pris de la lumière et de l'ouverture (nombreuses terrasses) est saillant. Aux autorisations diverses (permis de construire), aux appels d'offre, aux conformités de marchés succédera le chantier en lui-même évalué à 18 mois. Le département investit 8 millions d'auras pour une livraison a prévue à la rentrée 2022.

Les travaux s'échelonneront par tranches successives, l'établissement continuant de fonctionner ainsi que la demi-pension. L'entrée des élèves se fera par le portail vert dès le début des travaux !
La restructuration de l'établissement permettra d'accueillir le même nombre d'élèves. Les arbres devraient être conservés. Un désamiantage de l'établissement est prévu lors de ces travaux.

LE PROJET DEFINITIF
On en sait plus désormais depuis cet automne 2019, sur le projet d'agrandissement et rénovation du collège dont les travaux démarreront dans les travaux auront lieu l'an prochain en 2021. Ce projet est assez semblable aux premières études réalisées en 2016.

Le futur collège s'articulera ainsi le long d'une galerie sorte de "colonne vertébrale de l'établissement". Une plus grande fluidité des circulations sera apportée par des couloirs en « L , et 3 escaliers dont un extérieur, permettront l'accès aux étages.

Un béton enduit clair recouvrira les façades et les différents éléments architecturaux, à l'intérieur les Menuiseries seront changées, une salle polyvalente sera construite sur le parvis actuel du collège avec accès sur hors temps scolaire, le CDI sera déplacé — en lieu et place, une nouvelle entrée sera crée pour le collège et son enceinte répondra aux nouvelles normes de sécurité des établissements scolaires, le garage à vélo sera agrandi, La surface de la cour sera doublée mais les arbres eux seront conservés, un nouveau préau sera construit .

Toute l'isolation sera renforcée et performante dans tous les bâtiments, Protections du soleil par des casquettes et volets en fonction de l'exposition, Chauffage central au gaz, Lumière traversante pour les bâtiments nouvellement construits, Construction d'une salle des commensaux et de sanitaires avant l'entrée au réfectoire .

Concernant le pédagogique : le nombre de salles de classe est conservé et se décline en : 13 salles dites « courantes », 3 salles interdisciplinaires (2 salles contigües séparées par une cloison amovible permettant des pratiques pédagogiques différentes), 4 salles de sciences équipées de manière identique permettant d'enseigner indifféremment la technologie, les SVT ou les sciences physiques.

Un pôle multimédia à côté du CDI remplacera la salle informatique.

Le désamiantage est prévu selon les normes de sécurité en vigueur et donc en dehors de la présence des élèves et des personnels. L'aménagement des sols, des plafonds sera pensé pour un meilleur confort acoustique. La signalétique ainsi que les couleurs des locaux seront discutées avec les usagers.

Mme Cassar la principale du collège de son coté a indiqué cet automne aux représentants des parents d'élèves que le CD13 qui est propriétaire des locaux et le cabinet d'architecture sont très à l'écoute des remarques et demandes du collège et que les réunions de travail ont été très constructives.






Depuis le mois de juin dernier l’Avenue René Cassin est en travaux et ces derniers vont s'achever à la fin du mois. Cette semaine l’entreprise Eurovia va procéder au rabotage de l’enrobé et à l’application d’enrobé sur la portion allant des autocars Burle à la Gendarmerie indique la mairie.

Cette opération se déroulera dans les nuits du lundi 9 au mardi 10 décembre et du mardi 10 au mercredi 11 décembre 2019. La circulation sera coupée sur cet axe de 20h00 à 6h00 du matin. Puis sur la totalité de l’avenue de la nuit du lundi 16 au mardi 17 décembre 2019. La circulation sera également coupée sur la totalité de l’avenue de 20h00 à 6h00 du matin.

La mairie avertit les riverains que ces opérations de rabotage vont générer du bruit.

Une information va être distribuée dans les boîtes aux lettres par l’entreprise Eurovia.

Attention : le parking de la Ferme sera inaccessible durant ces trois nuits de 20h00 à 6h00 du matin.







Un mois et demi après l'abattage massif de 21 platanes de la place de la gare, du 14 au 17 octobre 2019, ordonné par la préfecture, dont un était atteint de la maladie du chance coloré, le chantier est passé à sa seconde phase en ce début du mois de décembre. Alors que la place de la gare offre depuis jeudi 17 octobre un véritable paysage de désolation, de tristesse, sans ses arbres centenaires, il restait depuis juste les souches bien apparentes.

Ce mercredi 4 décembre 2019 avait donc démarré la phase de dessouchage qui devait être entrepris un mois minimum après l’abattage. Les employés de l’entreprise Dolza sont donc revenus avec un engin pour extraire les souches et racines des platanes abattus, puis procéder au rebouchage. Avec leur griffe mécanique ils ont ainsi fait une saignée de 50cn de large environ et quasiment autant en profondeur autour de la souche, puis l'ont attaqué en profondeur tout en broyant le bois et l'ont ensuite évacué. Ils ont ensuite rebouché le trou. Ce mercredi 8 ont ainsi été dessouchés, les travaux se poursuivront ce jeudi.

La ville annonce qu'un délai de 6 mois minimum est imposé désormais avant d’envisager l’implantation de nouvelles essences, le temps que la terre se repose, soit pas avant le mois de mai. L'automne entre lui dans sa fin et le projet d’aménagement de la Place n'a lui toujours pas été présenté ni aucune consultation auprès de la population lancée à ce jour.

Participation au reportage P Olympie & DivineComedie


















Depuis un an quand on se promène à Aix en Provence sur le Cours Mirabeau on a un sentiment de tristesse voir colère quand on voit le massacre qui a été effectué, puisque la célèbre artère du Pays d'Aix a perdu tout son charme avec l'abatage de ses arbres, car quelques uns étaient malades et les services de l'Etat avaient alors obligé la ville à raser ceux situés à proximité. On n'avait qu'une crainte que cela n'arrive jamais chez nous à Trets. Hélas un an a passé et le pire est arrivé, une énorme catastrophe va se produire chez nous aussi. La municipalité a en effet annoncé ce 30 avril 2019 une bien triste nouvelle, elle aussi va être contrainte de faire la même chose sur notre plus belle place qui va être totalement défigurée à jamais.

En effet en décembre 2018 l’ONF a effectué un diagnostic de santé des 169 platanes que compte notre Commune et le verdict est juste catastrophique puisqu'il est apparu qu'un des majestueux platane de la place de la gare (situé apparemment au centre), appelée aussi la place de la libération, était semble t'il porteur du chancre coloré . Des analyses ont alors été effectuées en janvier dernier et celles ci ont confirmé la présence de ce champignon, qui décime des dizaines de milliers de platanes dans notre pays. Pour information, le chancre coloré du platane est dû à un champignon, le Ceratocystis platani qui, en pénétrant dans les vaisseaux du bois à l’occasion d’une blessure, entraîne la mort de l’arbre . En causant des blessures aux arbres, voies d’entrée du champignon, l’Homme est le principal vecteur de la maladie. L’arbre contaminé est une source d’inoculum pour ses voisins.

Hélas perdre un platane c'est déjà beaucoup, surtout que notre commune en a déjà perdu une bonne vingtaine en 15ans dans le centre ville, mais là depuis les arrêtés ministériel du 22 mai 2015 et préfectoral du 19 septembre 2018 c'est un abatage en série qui va avoir lieu car ces derniers imposent que tous les spécimens sur un rayon de 35 mètres autour de l’arbre contaminé soient abattus, soit 16 arbres supplémentaires. La mairie va donc être contrainte en ce mois de mai, d'abattre au total 17 PLATANES ce qui va totalement défigurée ce si beau lieu. Une mesure destinée à éviter toute propagation du chancre coloré et pour des mesures de sécurité puisque les arbres creux peuvent donc tomber. Profitez donc dès aujourd'hui pour la photographier sous toutes les coutures, de jouer aux boules sous l'ombre de ces beaux arbres car il n'y en aura plus un seul très bientôt.

Des platanes qui ont plus de cent ans, PUISQU'ILS ONT ETE PLANTES EN FEVRIER 1903, qui ont vu se dérouler sous leurs branches les moments les plus festifs et joyeux comme des festivités de toutes sortes (spectacles de vachettes, concerts de tous genres, repas, foire agricole ou puce brocante), journée annuelle des associations, mais aussi la journée la plus sombre de l'histoire de Trets quand les nazis avaient rassemblé le 17 juin 1944, pendant la seconde guerre mondiale toute la population de la ville à la recherche d'armes et d'un pilote.


Le platane malade est au centre au premier plan, le seul qui a peu de feuilles


En date du 19 mars 2019, les services de l’État ont notifié à la Municipalité que l’abattage et le dessouchage devra intervenir dans un délai de 2 mois. Celle ci a mandaté l’entreprise fuvelaine Dolza (agréée par le Service Régional de l’Alimentation de la DRAAF PACA) qui s'était déjà occupée du cours Mirabeau afin de procéder à l’extraction et à la mise en œuvre du protocole spécifique d’abattage et de dessouchage sur un foyer de platanes atteints par le chancre coloré. Le chantier se déroulera en deux phases distinctes : la première consistant à l’abattage et à la dévitalisation des platanes ; quant à la seconde, elle interviendra un mois plus tard et permettra de réaliser le dessouchage.

La première phase, qui débutera d’ici fin mai, nécessite le déploiement d’un important dispositif de confinement de la zone concernée explique la mairie, face au risque de propagation de la maladie:
Un périmètre sera balisé à l’aide de barrières HERAS, et seuls le personnel et le matériel habilités seront autorisés à y pénétrer, Un géotextile, traité préalablement, sera placé au sol de la zone de façonnage et de stockage.

Chaque convoi d’extraction des rémanents sera nettoyé et désinfecté avant de quitter le périmètre ;
À la fin de chaque journée de travaux, la zone sera nettoyée et les équipements mis en œuvre seront désinfectés avant de quitter l’emprise des travaux.

Après abattage de chaque platane, pour garantir la non-prolifération de la maladie par la partie aérienne de la souche durant le délai d’un mois avant le dessouchage, celle-ci sera rabotée et recouverte de grave concassée. Enfin, les rémanents seront triés en deux catégories : l’une valorisable pour la filière bois énergie, l’autre comme déchets ultimes alors incinérés.


La place n'aura donc plus jamais le même visage et même si la ville annonce que dès l’automne prochain, une réflexion sera menée sur l’ensemble de cet espace paysager, on n'est pas prêt de retrouver de l'ombre sur ce lieu si convivial, car les arbres mettront des décennies pour offrir un tel toit végétal et redonner au lieu son si beau cachet. Il suffit de voir le cours Mirabeau d'Aix où les nouveaux arbres replantés, n'ont quasiment pas poussé en un an.

Espérons vraiment que ce champignon ne se déclare pas sur l'autre place de Trets, celle de la mairie ou même sur le cours, où ce serait dramatique pour l'aspect du village.

La place dans le passé




Un léger répis de quelques mois...
Alors qu'ils auraient du être coupés ce printemps, les beaux platanes de la place ont bénéficié d'un léger sursis de quelques mois, l'occasion d'offrir encore un joli visage à ce lieu si important dans Trets, même si le fameux arbre malade et qui est le responsable de cet abattage massif est lui bien mal en point.
Un abattage provisoirement suspendu jusqu'en septembre/octobre afin de permettre un inventaire des nids et des espèces d'oiseaux nichant dans ces arbres a indiqué la mairie depuis.
En effet, la destruction de nids et des oeufs est interdite par le Code de l'Environnement et son article L 424-10 : "Il est interdit de détruire, d'enlever ou d'endommager intentionnellement les nids et les oeufs, de ramasser les œufs dans la nature et de les détenir. Il est interdit de détruire, d'enlever, de vendre, d'acheter et de transporter les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée, sous réserve des dispositions relatives aux animaux susceptibles d'occasionner des dégâts".

Alertée par la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) de la présence d'espèces protégées comme le Petit-Duc Scop, le Choucas des Tours ou le Corbeau Freux, la Mairie a demandé une dérogation pour l'abattage des arbres à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM). En effet, le printemps et l'été sont des périodes de nidification et de ponte, et un inventaire exhaustif de la faune présente est nécessaire. Celui ci devrait être achevé à la fin de l'été, ce qui permettra aux oisillons d'achever leur croissance.




La date est fixée, les heures sont comptées !
Tous place de la gare pour admirer encore quelques heures sa beauté, sa verdure, son ombrage avec ses magnifiques platanes, il ne leur reste que 4 jours de vie à peine ! On ne verra donc plus ce joli tapis de feuilles colorées cet automne sur la place. Dépechez vous de la photographier sous toutes les coutures….


La mairie indique en effet que la période de nidification étant terminée, et la Préfecture ayant donné son accord, l’entreprise Dolza va procéder à l’abattage du platane de la Place de la Gare atteint par le chancre coloré ainsi que les 16 platanes se trouvant dans le périmètre de 35 mètres autour de l’arbre contaminé.


La Préfecture a délivré à l’entreprise une autorisation d’intervention d’une semaine allant du lundi 14 au 20 octobre 2019. L’entreprise Dolza devra renouveler sa demande d’autorisation auprès de la Préfecture si l’abattage devait se prolonger au-delà de cette date précise la ville qui n'a pas encore présenté ce qu'elle comptait faire de l'aménagement des lieux ensuite.






14 OCTOBRE 2019 Un jour triste pour l'histoire de TRETS

Février 1903 / Octobre 2019 telles sont les dates de vie des témoins de l'histoire de la place de la gare de Trets ! Ce lundi 14 octobre 2019 et les jours qui vont suivre resteront marqués à jamais comme des journées particulièrement tristes à Trets puisque c'est tout un pan de notre histoire tretsoise qui est parti en sciures, sous les coups des tronçonneuses. Après le 17 juin 1944 c'est surement le second pire jour de l'histoire de ce lieu ! C'est peu après 8h que plus d'une dizaine d'élagueurs de la société DOLZA sont arrivés sur site, puis après une réunion de chantier avec les élus et responsables de la mairie le massacre sur la place de la gare a démarré. Une grande zone de sécurité mise en place par barrières et rubalises.

Celui ci a démarré par l'arbre malade atteint du chancre coloré , marqué d'une tache verte à la peinture au printemps, qui n'avait depuis le début de l'année qu'un coté en vie comme on avait tous pu le constater. Un élagueur est alors monté à son sommet et l'a découpé branche par branche peu à peu. Toutes les branches et troncs ont ensuite été désinfectés par un homme en tenue blanche et le camion qui partait à chaque voyage l'était aussi. "Le géotextile, traité préalablement, qui devait être placé au sol de la zone de façonnage et de stockage" comme annoncé au départ par la mairie lui n'était pas utilisé sur le chantier. Les autres platanes eux ont été mis à morts de façon bien plus rapide, le tronc était alors découpé à son début, puis l'arbre tiré par le camion grue, le platane tombait alors d'une manière sec au sol et tronçonné morceaux par morceaux à grande vitesse. Au total 7 arbres ont disparu de Trets ce lundi 14 octobre sur la place déjà très vide affichant un triste visage... En fin de journée toute la place a été nettoyée et désinfectée avant le départ des employés à 16h.

Mais l'inquiétude était aussi présente car 21 points oranges ont été mis sur les arbres à abattre ce lundi matin, alors que 17 doivent être coupés a annoncé la mairie. Si lundi il semblait que c'était une erreur ce mardi il a été confirmé que le chiffre serait hélas bien de 21. En dehors des 7 au centre de la place, 4 sur le parking de la gare coté kiosque vont être coupés, il n'en restera qu'un, 7 le seront aussi sur l'avenue le long des impots et situés de chaque coté et d'autres sur Jean Jaures. Certains au croisement avec Jean Jaures devraient être sauvés.

Les tretsois impuissants et tristes ont été très nombreux à s'arrêter quelques secondes ou minutes à assister à ce désastre écologique , où personne ne comprenait que 17 platanes agés de 116ans soient tués pour un seul malade, car les 16 autres étaient véritablement en parfaite santé ce lundi ! Pourquoi 35m et pas 5 ou 10 ? les règles de l'Etat sont difficilement compréhensibles et entrainent un énorme massacre écologique au final. Les discussions allaient bon train, beaucoup ont immortalisé la scène avec leur Smartphone et ont partagé leurs sentiments de tristesse sur les réseaux sociaux. D'autres ont découvert le désastre par hasard ce lundi et ne comprenaient pas le pourquoi du comment.
Les anciens eux se remémoraient les souvenirs qu'ils avaient sur cette place, se rappelant alors que les arbres étaient déjà là à leur naissance, dont certains vieux tretsois sont d'ailleurs nés juste en face, dans l'ex clinique située dans l'actuel bâtiment des impôts...
La question que tout le monde se pose maintenant, que va faire la mairie ensuite ? Tous espérent une replantation rapide, mais aux dernières indiscrétions rien n'a encore été décidé, la réflexion même pas débuté semble t'il. Autant dire que ce sujet va devenir l'un des éléments de la campagne des Municipales 2020 car les tretsois attendent des réponses et vite, pressés de revoir ce si beau lieu arboré de nouveau.

Le plan de l'abattage mis en ligne par la mairie


Participation au reportage P Olympie & DivineComedie
Photo aérienne ci dessus, prise deux jours avant le désastre, le 12/10/2019 par P Olympie


La découpe de l'arbre malade responsable du massacre....
















Les arbres avec un point orange vont être coupés !


L'abattage d'un arbre en étape chronologique :












Lundi en fin de journée, 7 arbres ont disparu !





La fin de l'abattage….
Après quatre jours d'abattage intense, le chantier s'est achevé ce jeudi 17 octobre vers 14h. Après 7 arbres coupés lundi, puis 5 mardi 15, malgré le mauvais temps en matinée, parking de la gare et devant le café de la gare, 6 ce mercredi le long de la place, les trois derniers ont été coupés ce jeudi 17 octobre en matinée, devant la police municipale et au fond de la place. Pour ces trois derniers jours, en dehors du périmètre de sécurité pour les piétons, il n'y avait plus de mesure particulière de désinfection ou pulvérisation, ce fut une coupe classique.

Une grue avait par contre été acheminée sur place , car un élagueur montait au sommet de l'arbre, attachait alors le tronc en partie haute, puis tronçonné celui ci au début des branches. La grue soulevait alors l'énorme bouquet feuillu et le déposait au sol quelques mètres plus loin. Là à la tronçonneuse tout était coupé en petit morceau. Pour le 21e et dernier platane abattu ce jeudi en fin de matinée, la technique fut radicale, une coupe au sol, et l'arbre était tiré par le camion pour le faire tomber au sol. Les souches elles n'ont pas encore été traitées. Elles seront par ailleurs retirées mi novembre et la replantation ne se fera pas avant le printemps prochain...
De son coté, la mairie (municipales oblige pourrait on dire, vu le sujet très sensible) avait fait (chose rare) apposer chez tous les commerçants du quartier une affichette qui expliquait cet abattage massif pour ceux qui n'étaient pas au courant des raisons.
Rester alors un paysage horrible que l'on va devoir supporter pendant des années…

Reportage P Olympie & DivineComedie

Mardi 15 octobre en matinée, la coupe des 4 platanes sur le parking de la gare


Jeudi 17 octobre, 09h30, les trois derniers arbres sont éliminés, devant la police municipale











Jeudi 11h, La coupe du dernier arbre à être abattu






Jeudi après midi fin de chantier




=> LE RESULTAT DE L'ABATTAGE AVEC TOUTES LES PHOTOS ET VIDEOS DU PAYSAGE DE DESOLATION A VOIR ICI


/ 2 Commentaires







Après 4 jours de chantier où plus d'une dizaine d'élagueurs ont investi dès lundi 14 octobre, la place de la gare et ses pourtours pour abattre 21 magnifiques platanes le chantier s'est achevé ce jeudi 17 octobre 2019 vers 14h. Un massacre total réalisé sous ordre de la préfecture, car un des arbres situé au centre de la place était atteint du chancre coloré. Ces 21 arbres agés de 116ans, plantés en février 1903 ont ainsi été coupés laissant alors une place totalement nue, donnant un véritable paysage de désolation aux tretsois qui ont été nombreux ce jeudi encore à venir contempler cette nouvelle vue horrible qui s'offrait à leurs yeux . Un paysage de vide est ainsi présent et les réactions des tretsois étaient tous remplies de beaucoup de tristesse ce jeudi après midi, tous incrédules face à ce massacre qu'ils vont devoir supporter encore minimum 7 mois, voir des années, le temps que le sol se repose une fois les souches retirées mi novembre. Il faut aussi que la ville présente un projet de réaménagement, mais d'ici là un nouveau maire sera élu ce qui va encore retarder l'échéance. Et les arbres qui seront replantés ne seront jamais aussi grands que ceux abattus, juste de petits arbres qui ne feront pas énormément d'ombre.

Ce jeudi , une fois les ouvriers partis, les discussions allaient bon train autour des souches, les tretsois de tous ages qui arpentaient ce qui était jusqu'à dimanche une très belle place, avaient ainsi du mal à comprendre que l'on abatte 20 arbres magnifiques et en bonne santé en raison d'un seul malade, se demandant alors pourquoi ne pas avoir abattu juste le malade et laissé les autres faire encore leur vie quelques années. La règle de l'Etat avec ses fameux 35m interrogeant... Les 20 autres souches restantes en dehors de 2 n'étaient pas creuses ni sèches, meme si cette maladie vorace se transmet par les racines. En effet et on les comprend, il ne reste sur la place et son pourtour (sans compter ceux le long de la voie ferrée qui sont à RFF) désormais que 9 platanes à peine dans le secteur (3 coté parking de la gare et 6 autres devant les impots et le cabinet comptable sur Jean Jaures), donc la maladie si elle s'était propagée par la suite aux autres, n'aurait pas fait bien plus de dégats que ce massacre. On aurait eu encore une place accueillante de nombreuses années.

Le mal est donc fait et la place est donc d'une immense clarté désormais, sans ombre, les façades autrefois cachées par les branches sont apparues, les propriétaires des appartements à l'étage ont eux vu la lumière rentrée chez eux et il risque de faire chaud l'été prochain dans le quartier et surtout sur la terrasse du café de la gare qui n'est désormais plus ombragée… Une bien triste désolation… 😭

=> REPORTAGE COMPLET DU SUIVI DE L'ABATTAGE ET EXPLICATIONS DETAILLEES

Voici le résultat du massacre sous toutes ses coutures
























La souche du platane malade


D'autres souches de platanes


/ 2 Commentaires







Voilà 10ans que l'on parle du sujet…. Présentée il y a 4ans, en juin 2015 la ZAC CASSIN commence enfin à voir le jour et rentrer dans une phase de réalité. Une zone qui va devenir le nouveau quartier urbain de Trets avec environ 500 logements, le tout étalé sur 10 15ans, réalisé et financé par la SEMEPA.
Les travaux d'aménagements de l'avenue RENE CASSIN ont en effet débuté en juin 2019 et depuis ce début du mois d'octobre 2019 les travaux dans le champ bordant le boulevard de l'Europe ont débuté. Beaucoup de tretsois se demandent donc ce qui est en train de se dérouler, puisqu'ils ont oublié le dossier, sujet qui n'avait jamais beaucoup interressé la population dans les réunions etc souvent désertées… La réponse est simple : un parc paysager. Mais ce dernier sera un peu particulier.

Cet immense champ de 29 188m², situé entre le boulevard et la voie de chemin de fer (aujourd'hui à l'abandon hélas) sera un espace à dominante paysagère, avec la création d'un vaste parc urbain intégrant les ouvrages de rétention des eaux pluviales (récoltant toutes celles de la zac urbanisée de l'autre coté de la voie ferrée) et les aménagements destinés à atténuer le bruit généré par la circulation sur le boulevard l'Europe mais aussi à masquer la façade de la zone artisanale de la Burlière. Le premier gros bassin situé à l'Est du terrain sera de 4500m², contrairement aux ouvrages habituels, on pourra y marcher dedans lorsqu'il sera à sec. Un parc qui se veut selon l'architecte ludique avec ses bassins de rétention intégrés qui pourront aussi être une aire de jeux quand ils seront vides. L'aménagement du site sera sur plusieurs années.

Des ouvrages qui devront être particulièrement étudiés car ils ne devront pas bloquer la vue sur la Ste Victoire par exemple avait précisé l'architecte. De nombreux arbres seront plantés par ailleurs sur toute l'avenue René Cassin et de petits parcs figureront dans les cours des immeubles.
L'accès au parc se fera via l'avenue Cassin par plusieurs accès qui traverseront visiblement la voie (comment ? cela n'a pas été précisé), mais aussi par le petit chemin à coté de la cave coopérative près du pont rail. Les bords de la voie ferrée seront eux végétalisés.

=> PRESENTATION COMPLETE AVEC PLANS DE LA ZAC CASSIN à voir ici

Photo aérienne en haut de l'article : 2019 P OLYMPIE






LES TRAVAUX
Octobre 2019










Ce vendredi 11 octobre 2019 le complexe de la gardi est passé à la lumière…. Depuis 5ans maintenant le complexe bénéficie de très lourds travaux d'aménagements et constructions. Il y a ainsi eu le nouveau gymnase, la salle sportive, les cours de tennis, le parcours de santé et sa pelouse voici désormais la lumière.
C'est en 1983 que la municipalité JEAN FERAUD fit l'acquisition dans les quartiers Est de la commune d'un terrain de 7 hectares, suite à la croissance constante de la population et le besoin de nouvelles infrastructures sportives pour divertir les tretsois.

Entre 1985 et 1987 deux terrains de football sont ainsi aménagés : un en terrain stabilisé en bas et une pelouse avec un batiment attenant comprenant une tribune couverte de 300 places, des vestiaires et un club house. L'UST se verra remettre les clés du complexe le 30 aout 1987 lors d'une journée de gala. En 1990 la municipalité FAUCHON construira une piste de Bicross bmx juste à coté. Un second terrain stabilisé pour les entrainements verra ensuite le jour. Mais bizarrement ces installations n'ont jamais bénéficié d'éclairage, juste les deux terrains stabilisés mais pas la grande pelouse. La demande du club de foot et ensuite du club de bmx sera forte auprès de la mairie et ce sera en quelque sorte l'arlésienne, sans cesse annoncé, sans cesse repoussée.

Il y a dix ans, en octobre 2009 le site apprenait que le projet était dans les tuyaux et meme imminent alors, on parlait même d'une installation pour la fin de l'année 2009. Depuis rien, le sujet revenait souvent en études ou discours mais rien, il a fallu attendre 10ans et cet été 2019 pour que le souhait devienne réalité et ce 11 octobre 2019 pour que la lumière fut.

Pour la pelouse, deux solutions s'opposaient, fixer des projecteurs sur la toiture des tribunes, mais cela ne serait pas trop efficace et n'éclairerait alors pas la totalité de la pelouse confiait l'élu en charge des travaux à l'époque, ou une autre qui consisterait à planter des poteaux comme au stade Burles. Mais là, il fallait voir si le terrain le permettait. Finalement, les études ont été faites et c'est la seconde option qui a été retenue. 4 poteaux de plus de dix mètres ont ainsi été installés aux 4 coins de la pelouse , mais aussi aux 4 coins du complexe de bmx pour éclairer ces deux grandes surfaces avec un éclairage LED très performant. On y voit désormais comme en plein jour et les deux associations que sont l'UST et le BMX CLUB STE VICTOIRE qui espéraient tant ces installations sont ravies. Elles vont désormais pouvoir bénéficier de nombreux créneaux d'entrainements supplémentaires, surtout en hiver où le soleil se couche vers 17h et pourquoi pas envisager des évènements sportifs en nocturne à la belle saison.

Le cout est lui important pour ces deux éclairages a précisé le maire Jean Claude Feraud 100 000€ pour le terrain de foot, 120 000€ pour la piste de bmx et 90 000€ pour les terrains de tennis construits en 2018. Le terrain de foot qui a lui été agrandi cet été pour rentrer dans les nouvelles normes de la ligue, verra ses vestiaires rénovés dans quelques mois puis son club house restauré normalement (mais d'ici là auront lieu les élections municipales). A noter enfin, que toutes les voies de circulation bénéficient ainsi que le nouveau parking eux aussi d'un éclairage depuis cet automne.









Après 15ans d'attente et 13 mois de travaux, le nouveau gymnase de la Gardi tant attendu par les sportifs tretsois et la population avait été inauguré le 6 septembre 2014 dans la liesse. 2ans et demi ont passé et celui ci fait parfois parler de lui en hiver à cause de ses problèmes de températures bien fraiches à l'intérieur (comme lors du concert de Noël en décembre 2017) mais aussi pour ses nombreuses malfaçons.

Le Mur d'escalade
Dans ce bel édifice la mairie avait eu la bonne idée lors de la construction d'y installer sur une de ses parois un beau mur d'escalade, une première à Trets et qui a fait la joie du club Alpha avec sa section escalade.
Hélas la joie a été de courte durée puisqu'un peu plus de six mois après sa mise en service la mairie se voyait dans l'obligation de le fermer et l'interdire au printemps 2015. Elle a en effet constaté qu'il était rempli de grosses malfaçons. Du coup le club est obligé d'aller au « Climb Up » (Bouc-Bel-Air), salle d’escalade pratiquer leur sport et cela a évidemment un cout supplémentaire pour celui ci qui est obligé de louer la salle.

Le mur est en effet victime de grosses infiltrations d'eau avait on appris par les élus lors de l'AG du club ALPHA en janvier dernier. Un mur qui pour information a été une des dernières parties en dur a être construite en novembre 2013 lors de ce gymnase. Les ouvriers avaient alors utilisé la technique du coffrage, en faisant ensuite couler le béton entre.

Ce mercredi 15 février 2017 lors du conseil municipal, la conseillère municipale d'opposition Stéphanie Fayolle a interrogé le maire sur le sujet pour savoir comment ils comptaient résorber ce dysfonctionnement afin que ce mur redevienne fonctionnel par les différents utilisateurs.
Jean Claude Feraud a alors exprimé sa colère vis à vis des entreprises qui l'ont réalisé "Je le déplore autant que vous, j'en suis navré de voir le manque de conscience professionnelle des entreprises qui travaillent pour nous. Et hélas c'est partout pareil. Je me bas en permanence avec les directeurs des services techniques qui se sont succédés car je refuse chaque fois qu'on me le dit de recevoir les travaux quand ce n'est pas nickel. Par le passé on a fait recevoir ces travaux je les ai reçu, il y a des malfaçons malheureusement, on en subit les conséquences , j'en suis vraiment navré. On a que la justice désormais vers qui se tourner pour qu'une décision soit prise sur le fond." Si la construction bénéficie bien d'une sorte de "garantie" la municipalité préfère s'adresser à la justice afin de demander une expertise judiciaire, qui soit totalement neutre et impartiale. Celle ci a été demandée au tribunal en septembre 2016 et le tribunal ne l'a pas encore fixé."


La salle sportive de la Gardi
C'est la même raison qui explique la non ouverture de la nouvelle grande salle d'activité sportive construite depuis le printemps 2016 juste à coté et dont les travaux ont été achevés à l'automne 2016. Elle aurait du être réceptionnée le 15 septembre 2016.
La mairie a découvert là aussi de nombreuses petites malfaçons "des détails" a annoncé le premier magistrat qui a refusé de réceptionner les travaux, tant que ces dernières ne soient pas corrigées. Il expliquera ainsi ce soir là dans son explication, que désormais il sera très exigeant sur toutes les constructions que réalisera la mairie, afin de protéger la commune de ces réserves.


► Alors que la salle d'activités sportive de la Gardi a enfin ouvert ses portes le lundi 4 septembre 2017, après corrections des nombreuses petites malfaçons et sera inaugurée samedi 2 décembre 2017 à 11h par les élus, le gymnase de la Gardi lui continue de faire parler de lui. Il avait fait couler beaucoup d'encre avant sa construction, il continue hélas après.

En effet lors du conseil municipal du 20 octobre 2017, l'élu d'opposition Pascal Chauvin a questionné les élus sur les nombreuses malfaçons du batiment : "Inauguré en septembre 2014, le gymnase de la GARDI dont le coût s’est élevé à 3 millions d’euros a très vite révélé des malfaçons. Fissures sur murs porteurs, fissures dans les tribunes, les vestiaires, infiltrations d’eau.", des fissures bien visibles à l'œil nu, comme ci contre en photos, du mur extérieur. Pour rappel, comme expliqué précédemment, les murs avaient été coulés sur place, tandis que les tribunes elles ont été livrées par blocs toutes faites.
Il demandera ainsi ce soir là au premier magistrat des précisions sur l'avancée des expertises : "Vous avez fait le choix il y a un an, de lancer une procédure judiciaire. Aviez-vous émis des réserves au moment de la réception de travaux ? Si non pourquoi ? Les désordres sont-ils apparus pendant la période de parfait achèvement ? Aujourd’hui ou en est donc cette procédure ? Avez-vous fait faire une ou des expertises, qu’en est- il ressorti ?."

La réponse du maire sera hélas brève ce soir là , sans préciser par exemple, si ces soucis sur la structure seront réparables ou non : "Une expertise judiciaire a été lancée il y a 7mois , elle a eu lieu le 22 septembre 2017. Oui des réserves ont été émises sur le béton, les fissures, sur les infiltrations, sur le sol qui a été mal posé et sur les châssis des fenêtres. Les désordres recensés se sont aggravés après l'achèvement des travaux. Depuis que nous avons lancé cette expertise judiciaire, nous avons reçu le rapport de l'expert le 3 octobre 2017 qui préconise des investigations supplémentaires et nous attendons le résultat. De notre coté nous avons contacté plusieurs entreprises afin de vérifier et comprendre les problèmes électriques du gymnase puisqu'il y a un problème de disjoncteur, qui apriori est résolu. "



Le mur d'escalade réouvre !
Après 4ans et demi de fermeture, au printemps 2015, le mur d'escalade va enfin rouvrir aux sportifs. La mairie annonce en effet que les travaux de sécurisation réalisés par l’entreprise spécialisée Pyramide sur l'édifice sont terminés.
Après une expertise révélant la conformité de l’équipement, le mur d’escalade sera rouvert le 1er octobre 2019. Il pourra donc être utilisé en toute sécurité par les associations sportives proposant l’escalade à leurs adhérents. On ne connait pas le cout des travaux de réparation et la nature de ces derniers.

Le dossier est à suivre donc... 








=> Liste de toutes les actualités
Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015 Caroline dans Koh Lanta 18

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




SOMMAIRE

L'agenda de la commune Toutes les autres brèves à lire...